Le DISTRIBUTISME

pour la maîtrise de leurs usages
par les usagers.



Le distributisme se définit, dès l'origine,

Ccomme une économie sans profits monétaires.

PROSPER va plus loin : il envisage d'abolir la monnaie.

Comment ?

Aperçu concret...

Une société

sans profits monétaires

ni monnaie

Je déteste échanger des banalités. A peine monté, mon dernier auto-stoppeur m'a gâté : Une société sans profits monétaires et sans monnaie, vous en avez déjà entendu parler ? Il se doutait bien que non.

Si vous me dites ce que vous faites je vous expliquerai ça bien mieux.

Chef d'entreprise... Je préfère le taire. J'invente. J'invente que je suis inventeur, et que j'étudie un projet de machine à laver. Mais attention : sans eau. Elle fait vibrer le linge, la vaisselle. Les molécules ajoutées par l'usage - la saleté ! - se détachent et sont aspirées. Mais j'ai besoin de crédit !

Eh bien, dans une société sans profits et sans monnaie, j'irai à la banque, comme aujourd'hui, sauf que cette banque-là ne fournit plus d'argent.

Elle fournit des accès.

Et d'abord accès aux informations. Elle a raflé localement toutes les informations sur les stocks des entrepreneurs, gérés depuis trente ans déjà sous forme de codes-barres. Elle a enquêté sur les ressources locales, celles dont on a abandonné l'exploitation ou auxquelles on n'a jamais pensé. Elle fonctionne en réseau avec toutes les autres banques, si bien que je peux tout de suite savoir quelles fournitures il y a, partout. Du plus proche au plus lointain, toujours, elle recense toutes les machines, compétences et locaux disponibles, les brevets, dont on ne tire plus de profits monétaires, et les expériences passées et présentes dans tous les domaines, pour copier ou améliorer. Je n'ai plus à me soucier des prix. Seulement de savoir où c'est, de combien je peux disposer.

Les codes-barres, je connais ! On peut encore pousser leurs performances.

Je pianoterai ce dont j'ai besoin, ça entrera dans « un panier d'hypothèses ». Un panier tout technique. Création assistée par ordinateur, ça se fait déjà ! Je vais brancher sur « vibrations », « séparation », « aspiration » - pas « lavage », surtout pas ! Des logiciels calculeront des « synthèses pratiques », signaleront des associations possibles avec d'autres entreprises, surveilleront la compatibilité des machines et des matériaux, corrigeront en fonction de l'avancement du projet, qu'ils intégreront au plan général des recyclages. Ils préconiseront des isolants particuliers ou même un matériau bio qui ne va pas vibrer comme du métal. Ils me renverront à des textiles déjà plus aptes que d'autres pour effectuer mes expériences...

A toutes ces fournitures seront appliqués des codes prudentiels pour contrôler leur renouvellement,  prévenir des dangers.

Quand mon panier technique est fin prêt, la banque exerce sa deuxième fonction : elle donne accès à tout ce dont j'aurai l'usage.

Cet accès sera néanmoins soumis à deux conditions.

Première condition. Qu'il y ait un profit pédagogique.

Pédagogique ?

Oui, car toutes les entreprises sont désormais traitées comme des expériences - ou si je préfère : comme des écoles. Entretenir et augmenter les savoirs et savoir-faire est considéré comme aussi important que proposer des produits et services. Mon projet ne sera accepté que si l'entreprise situe clairement ce qu'on y fait dans une gamme de recherches, enjeux et défis. Elle devra tenir la collectivité informée de ce qu'elle apprend-et-fabrique pour que chacun puisse y apporter ses compétences et expériences et en acquérir de nouvelles. N'importe qui doit pouvoir impromptu les transmettre sur place à tous ceux qui viennent participer. La joie d'apprendre et de faire, ça s'organise. Il va falloir que je dise comment nous nous y prenons. Et tâcher d'innover ?

Deuxième condition. Le profit usologique.

Usologique ?

...Parce que mon engin va changer l'écologie des usages existants. L'énergie nécessaire pour vibrer, compensée par celle qu'on économise pour fabriquer et faire tourner les machines classiques : ça, « le panier technique » l'aura déjà calculé. Mais les modifications de l'environnement professionnel ? De la domotique ? De l'hygiène ?

Mon projet sera donc (il a dit « donc » !) aussi jugé sur sa capacité d'ouvrir ou approfondir encore la discussion sur des sujets de société, qui sont, comme je sais, au cœur du politique...

Soit... Mais les ci-devant travailleurs, s'il n'y a plus d'argent, comment ils vont faire pour acheter ?

Ils n'achètent plus ! Ils ont accès !! Ac-cès.

La banque, toujours elle, distribue des cartes d'accès. Mais on n'a plus besoin de savoir combien il y a dedans ! Les salaires, les budgets, c'est fini. Je ne dépense plus.

??? Ma carte d'accès, elle ne se vide plus : elle se remplit. Rem-plit.

Elle se remplit d'informations sur ce à quoi elle a déjà permis d'accéder.

Nota bene : elle est anonyme, cette carte. A-no-nyme !! C'est ce qui entre dedans qui intéresse, pas moi. Surveillance toute statistique, pour ne pas vider les rayons et renouveler les fabrications en amont.

Passés certains seuils, comme il faut qu'il y en ait pour tout le monde, ça n'entrera plus dans cette carte-là. Mais celui qui n'en aura pas encore pris pourra me tendre la sienne. En attendant le retour à la normale, le système signalera d'autres accès : remplacez les haricots par des lentilles, les oranges par des kiwis.

Plus l'accès sera facile et moins les usagers stockeront. Adieu la surconsommation qui venge de l'ennui du boulot ou compense le manque de reconnaissance sociale. Et voilà mon bonhomme qui encense l'esprit de cette société-là.

Esprit d'entreprise, d'expérimentation, de recherches tous azimuts. Tous chercheurs, tous artistes...

Mais on arrive bientôt. S'il pouvait mieux m'expliquer, vite : car on ne peut tout produire sur place ?

Eléments de réponses :

¤ 1. Le recensement des ressources locales par les banques diminue ce genre de besoins. ¤ 2. La mise en réseau de toutes les banques facilite la solution, et l'étude collective de matériaux qui ne rendent plus dépendant d'une seule origine. ¤ 3. La solidarité remplace la concurrence. ¤ 4. L'abolition de la monnaie empêche les pays riches de siphonner les ressources, la Corée du Sud d'acheter Madagascar. ¤ 5. ...La gare. Vous avez tout compris, continuez tout seul !    Et salut.

Au retour, aucun auto-stoppeur. Je me sentais bien seul avec ce que j'avais compris. J'ouvre la radio. Tombe juste sur l'augmentation du cours des matières premières.
   
Qu'est-ce qu'on en a à faire, de leurs cours ? Adieu monnaie, profits, paris sur la rareté et l'abondance... Il y en a combien, où...? Code et point barre.

Je continue d'y réfléchir.
    
La carte d'accès individuelle, par exemple, est-elle encore nécessaire ? Pourquoi? Les dispositifs « prudentiels » ? Comment on les établit ? Pardon : les expérimente. Leur expérimentation impose-t-elle le retour de l'Etat ou d'instances internationales directives ? Les questions se précipitent les unes contre les autres !

Vous m'aidez ?

Ce texte invite à des recherches de faisabilité dans trois domaines :
¤ A. Au sujet des moyens techniques :

...de la création assistée par ordinateur et du fonctionnement de la carte qui se remplit au lieu de se vider.

Pouvez-vous recenser des procédés qui vont déjà dans ce sens ?
Proposer des modèles d'application ?

¤ B. Au sujet des implications sociales, politiques

Ce projet à l'évidence déborde de partout les espérances défendues sous les vocables de « liberté d'entreprendre », « esprit d'entreprise », « don », « recherche ».

Pouvez-vous aider à mettre en relief pourquoi, comment il balaie les doutes au sujet, par exemple, de la capacité « des gens », de « marcher » à autre chose qu'à la carotte et au bâton ?

Quelles opportunités faut-il saisir et quelles actions mener pour enjamber du capitalisme au modèle proposé ?

¤ C. Approfondir les nouvelles formes de pensée :

On ne dépense plus, on a accès...

Les deux critères "pédagogiques" et "usologiques"...

L'expérimentation permanente...

Les nouveaux modes de décision...

Rédigez vos propositions, suggestions et remarques constructives
en cliquant sous le point d'interrogation ci-contre.
Nous les reproduirons, classées A, B, C,
et vous pourrez y ajouter vos propres commentaires
et suggestions en revenant au point d'interrogation.
en précisant le point A, B, C, D

Les objections de faisabilité et critiques
seront regroupées et commentées en section D.

Un « modérateur » fera le point de loin en loin et le tout sera publié.


Einstein : « Il est difficile de résoudre un problème avec la même forme de pensée qui l'a engendré »